30-05-14

Iran: Homo's schaden getuigt van egoïsme en onwetendheid

français, moslim

Dr. Mostafa Eghlima leidt de Iraanse vereniging van maatschappelijk werkers. Hij sprak zich onlangs uit tegen homofobie in Nameh News, een populaire Iraanse website.  Hiermee breekt hij met de typische houding van politieke en religieuze leiders in Iran.

Lees meer...

16:17 | Permalink | Tags: français, moslim |  Facebook |

04-04-14

LGBT Afrique: On veut des actions concrètes

Luxemburgplein_03april_2014_Femi_megafoon_0002.jpg

Jeudi passé le militant de WISH4.0 Tagbo Wasiu Oluwafemi a lu à haute voix une lettre ouverte au Premier ministre Elio Di Rupo lors d'une manifestation à Bruxelles pendant le sommet Europe-Afrique. La lettre dit clairement ce ce que nous attendons du premier ministre dans le cadre de la protection des droits de LGBT en Afrique. 

Lees meer...

19:13 | Permalink | Tags: afrika, français |  Facebook |

28-05-13

Gays noirs à Bruxelles

Dit artikel in het Nederlands

601785_10152658980345002_2.jpg

A la recherche de gays noirs à Bruxelles? J'ai rencontré Koéssan Gabiam et j'ai eu la chance de faire connaissance d'un géographe qui sait parfaitement oû les trouver.

969172_10152858011875187_1.jpgBruxelles a vu naître depuis la fin des années 2000, un phénomène de visibilité des homosexuels ou bisexuels noirs au cœur de son quartier gay. Sont considérés dans la présente étude, les homosexuels ou bisexuels noirs quelle que soit leur origine. Cette nouvelle visibilité, bien qu’elle varie tout au long de l’année, semble s’installer dans le paysage de la scène gay bruxelloise, en prenant surtout en compte les lieux de sorties gays et les Belgian prides qui sont les marches des fiertés LGBT (sigle désignant les lesbiennes, les gays, les bisexuel.le.s et les transsexuel.le.s). Cette visibilité croissante interroge d’emblée le chercheur: s’agit-il d’une face visible de la présence gay noire à Bruxelles? Comment cette visibilité permet-elle aux gays noirs de s’intégrer à la réalité bruxelloise ?  Enfin, ces dernières questions soulèvent la problématique des divers acteurs concernés et l’auteur privilégiera les espaces récréatifs et résidentiels comme lieux d’enquête de ce travail exploratoire. 

On cherche

blackfuck20060516a.jpgLe fait d’étudier les minorités sexuelles en géographie urbaine constitue une posture épistémologique relativement récente en Europe continentale et la démarche devient inédite quand elle concerne une minorité dans une autre minorité (ici les gays noirs). Ce fait épistémologique rend la tâche du chercheur particulièrement ardue tant les méthodes et les sources confirmées font défaut. Il reste à les inventer et à les proposer avec le plus de rigueur et d’honnêteté scientifique possible.  

La méthode proposée par le présent article consiste en une combinaison d’une étude qualitative et d’une étude quantitative. L’étude qualitative est fondée sur un questionnaire de 20 points adressé à 27 personnes qui s’identifient comme gays noirs. L’étude quantitative, quant à elle, se focalise sur des données résidentielles fournies par un site de rencontres sur Internet.  L’article commencera par détailler davantage les deux sources principales de l’étude avant de discuter de la visibilité des gays noirs à Bruxelles et de leurs pratiques urbaines. 
 
GayRomeo
 
brussel,afrika,prideEtant donné le rôle crucial que jouent les sites de rencontres pour les minorités sexuelles en termes de 'démarginalisation' et d’ 'empowerment' (Heise, 2012) ou encore d’espace refuge (Brown, Maycock & Burns, 2005), le cyberespace s’est imposé comme une des sources de cette étude. Ainsi en septembre 2010, un comptage des chatteurs noirs gays de la Région bruxelloise sur un site de rencontres (GayRomeo) fut réalisé. Ce site, à l’instar d’autres, permet une recherche détaillée de profils de chatteurs connectés ou non mais inscrits, en croisant des données comme l’âge, la localisation ou encore le type humain (caucasien, africain, métis, arabe, asiatique, etc.).  Il a dès lors été entrepris d’utiliser, comme indicateur, le nombre de profils gays ou bisexuels noirs africains, en Région bruxelloise, en septembre 2010, à l’aide du moteur de recherche du site.  

En Belgique, le nombre total de chatteurs noirs africains s’élève à 337 dont 248 (74%) déclarent la Région bruxelloise comme lieu de connexion et donc de résidence. Seuls 14% des profils sont localisés en Flandre, région pourtant 6 fois plus peuplée que la Région bruxelloise. Naturellement, la destination de l’immigration subsaharienne en Belgique et notamment celle de l’immigration congolaise, de même que la barrière linguistique du néerlandais en Flandre pour des Subsahariens francophones et éventuellement anglophones devraient expliquer cette prédominance bruxelloise qui justifie en partie que la présente étude cible la capitale belge. 

Les données du cyberespace constituent une bonne base de cette étude exploratoire car le volume de profils est en effet non négligeable. Mais ce travail doit être poursuivi par une enquête qualitative qui permet au chercheur d’accéder aux données liées à la pratique urbaine des gays noirs (lieux de sorties et carte mentale de l’espace urbain en particulier). 

Bruxelles, Ixelles et Sint-Gilles
 
185910_192455474118126_1a.jpgUne des contraintes de cette enquête exploratoire est la collecte des données du fait qu’une partie  du public-cible de l’enquête vit son homosexualité ou bisexualité dans le placard. Malgré ce frein notable, il a été possible de recruter 27 gays noirs bruxellois en 2011 qui ont bien voulu répondre au questionnaire de l’étude. Le questionnaire aborde les questions de l’identité, de la localisation résidentielle, de la carte mentale et de la discrimination du fait de leur origine ethnique et de leur orientation sexuelle (intersectionnalité). De plus, des interviews ont été conduites auprès de deux volontaires de cet échantillon et d’un activiste gay. A travers cette étude qualitative précédée par une étude quantitative, l’auteur entend dresser une cartographie complexe des espaces de visibilité et de pratiques urbaines des gays noirs à Bruxelles ci-après. 

Les données récoltées par le questionnaire et par GayRomeo concernant les lieux de résidence ont été représentées en les comptabilisant par groupe de communes. On distingue l’Ouest de Bruxelles (Jette, Ganshoren, Koekelberg, Berchem Sainte-Agathe, Molenbeek Saint-Jean et Anderlecht), Bruxelles-ville, les communes de première couronne orientale (Evere, Schaerbeek, Etterbeek, Ixelles, Saint-Gilles et Forest), et les communes de seconde couronne orientale. 

Lorsqu’il s’agit d’obtenir des données résidentielles, l’échantillon se réduit encore. En effet, seuls 189 profils sur 248 sont exploitables pour la commune de résidence parce que certains chatteurs déclarent la Région bruxelloise comme lieu de résidence sans préciser la commune concernée. Au niveau de l’enquête qualitative, 3 réponses se sont révélées inexploitables du point de vue résidentiel. 

La figure n°1 permet d’observer que Bruxelles-ville et les communes de première couronne orientale sont prisées par les gays noirs comme lieux de résidence. Ce sont donc près de 70% des enquêtés et des chatteurs qui habitent ces communes centrales de la région. Cette observation va dans le sens des études précédentes ciblant les communautés homosexuelles en général qui ont également tendance à opter pour Bruxelles, Ixelles et Saint-Gilles comme lieux de résidence au détriment des communes de seconde couronne orientale (Deligne et al., 2006). De surcroît, ces communes centrales offrent plus de logements accessibles (forte proportion d’appartements à loyers bas ou modérés) que les communes aisées de seconde couronne où les maisons unifamiliales dominent.


Figure n°1 : Les zones résidentielles des gays noirs en Région bruxelloise

Figure_0001.jpg

En outre, Anderlecht et Jette, communes occidentales se présentent aussi comme des communes résidentielles prisées par les gays noirs. En effet, la proportion de profils noirs parmi tous les profils dans ces deux communes est supérieure à la moyenne régionale comme c’est le cas aussi à Bruxelles-ville (voir figure n°2).  

Ces valeurs pourraient s’expliquer par l’immigration subsaharienne à Bruxelles dont ces communes constituent le réceptacle (Schoonvaere, 2010). Molenbeek-Saint-Jean, également une zone réceptacle de cette immigration, détient pourtant une proportion de profils inférieure à la moyenne, de même que Schaerbeek.  La proportion de profils gays arabes, par ailleurs, est supérieure à la moyenne à Molenbeek- Saint-Jean alors qu’elle est moyenne à Schaerbeek. Ces observations permettront de formuler une hypothèse d’exclusion résidentielle de ces deux groupes minoritaires à Schaerbeek et à Molenbeek-Saint-Jean. Une donnée surprenante concerne Ixelles, qui héberge Matongé, le quartier africain de Bruxelles. En effet, cette commune n’obtient qu’un pourcentage de profils moyen ; ce qui peut faire émettre l’hypothèse d’une mise à distance et d’une migration vers d’autres communes, c’est-à-dire d’une prise de distance de son milieu familial pour vivre son homosexualité ou bisexualité (Blidon, 2008). 


Figure n°2 : Répartition des chatteurs gays noirs en Région bruxelloise  

Figure_0002.jpg

Après avoir analysé la géographie résidentielle des gays noirs, l’article va maintenant s’intéresser à la pratique urbaine et aux espaces de visibilité des gays noirs à Bruxelles en se focalisant sur les lieux de sorties et les espaces associatifs. Ce sont exclusivement les résultats issus du questionnaire qui seront mobilisés dans cette partie de l’étude.   

Enquête
 
L’enquête menée auprès des 27 répondants et des témoins privilégiés met en évidence le fait que les domiciles privés constitueraient les premiers lieux de sociabilité des gays noirs à Bruxelles. Ce sont également des lieux où l’on peut rencontrer des ressortissants de même pays d’origine et partager ses expériences en toute sécurité, à l’occasion par exemple de fêtes organisées entre amis. Dans cette optique de sécurisation des interactions sexuelles et sociales, les sites Internet de rencontres jouent également un rôle clé en connectant des gays noirs de toute origine sociale, vivant ou non dans le placard. 

Constatant un nombre élevé de profils gays noirs sur un site comme GayRomeo mais un faible taux de réponse à la présente enquête (sur Internet) et dans les bars (lieux de sortie), on peut aisément en déduire le grand tabou qui entoure encore les expériences et les identités gays noires de nos jours en Belgique. De la sorte, cette étude exploratoire ne peut prétendre à aucune description de ces expériences invisibles mais va plutôt s’attarder sur les aspects spatiaux et visibles de ces sociabilités gays noires. Les indicateurs de cette spatialité visible sont les lieux de sortie et la pratique urbaine des répondants. 

L'Homo Erectus0001.jpg

Christo Bar, Homo Erectus et Boys Boudoir

Les lieux de sortie les plus cités par les enquêtés sont trois bars situés dans le centre urbain (voir figure n°3). Il s’agit des bars suivants : Christo Bar, Homo Erectus et Boys Boudoir. L’un des propriétaires du Christo Bar est originaire d’Afrique subsaharienne. De ce fait, le bar a de plus en plus la réputation d’être le bar gay noir de la ville et attire des gays noirs de tout le pays surtout le week-end. Le bar Homo Erectus est très connu dans le milieu gay bruxellois depuis des décennies et plusieurs serveurs sont (gays) noirs. Le Boys Boudoir est une boîte gay friendly qui attire plutôt les gays noirs jeunes. Là, outre la musique, le facteur d’attraction pour certains gays noirs est le fait qu’on peut se faire passer pour hétérosexuel plus facilement que dans d’autres facilités commerciales gays. 

Matonge

brussel,afrika,prideLa figure n°3 indique aussi les places fréquentées souvent localisées au centre-ville mais également Matongé, le quartier africain de Bruxelles et le quartier Louise. Les enquêtés soulignent aussi le rôle joué par les discothèques africains du quartier Louise dans la prise de contacts avec d’autres nationalités. 

Naturellement, certains Noirs, qui ne peuvent pas vivre leur homosexualité ou bisexualité au grand jour, doivent alors fréquenter des lieux de consommation sexuelle comme les saunas, les men’s clubs ou les boîtes avec darkrooms qui offrent la possibilité de rencontres sexuelles avec des gays noirs installés à Bruxelles ou de passage (touristes).

        
Figure n°3 : Lieux de sortie et pratique urbain des enquêtés (centre de Bruxelles)  

Figure_0003.jpg

brussel,afrika,prideMilieu associatif
 
La visibilité des gays noirs dans le milieu associatif demeure limitée. Cette observation générale est à nuancer par la création en 2012 du collectif African Pride, qui s’adresse aux noirs LGBTQI (lesbiennes, gays, bisexuel.le.s, transexuel.le.s, queer et intersex) vivant en Belgique. Précisons aussi que jusque-là, ce sont plutôt les gays noirs nouvellement arrivés en Belgique (réfugiés sexuels) qui ont le plus de visibilité, à travers des associations comme OASIS, WISH ou et à travers la participation de ces mêmes associations à la Belgian Pride.   RainbowsUnited

En somme, les discours développés par les témoins privilégiés mettent en exergue une topographie de visibilité variant selon les stratégies d’insertion et d’interaction de différents types d’acteurs résumables en 4 types (voir figure n°4). Sont identifiables : les réfugiés, les touristes, les gays noirs fréquentant la scène gay et les gays ou bisexuels noirs vivant dans le placard.  Par ailleurs, le pouvoir d’achat des acteurs entre aussi en compte dans la préférence accordée à un type de lieu donné ; ainsi les fêtes gays ethniques organisées dans les grandes villes comme Londres ou Paris sont rarement accessibles aux réfugiés sexuels ou aux gays noirs qui sont hors milieu.   

Figure n°4 : modélisation des réseaux socio-sexuels des gays noirs à Bruxelles   

Figure_0004.jpg

Conclusions

L’observation d’une visibilité croissante des gays noirs dans le quartier gay de Bruxelles a inspiré cette étude exploratoire, qui combine des résultats d’une enquête qualitative à une approche quantitative afin de proposer une cartographie complexe des espaces publics et semi-publics pratiqués par ces minorités sexuelles. Un des apports de l’étude est d’avoir démontré l’interprétabilité des données déclarées par les internautes au niveau des communes bruxelloises. Cela incite à une utilisation des données du cyberspace, en association avec des sources qualitatives, dans le cadre des minorités sexuelles qui utilisent Internet comme moyen de rencontres tout en minimisant les risques d’agressions homophobes, et qui, de surcroît, sont difficiles à contacter par le chercheur. Enfin, l’étude pointe une visibilité des gays noirs à géométrie variable, déterminée par le type d’acteurs concernés. Ainsi, un réfugié sexuel gay noir, loin de toute pression familiale utilisera l’espace public, le jour de la Belgian Pride, comme un site de résistance et un espace de revendication des droits LGBT alors qu’un gay noir né à Bruxelles, peut privilégier des espaces moins visibles comme les saunas, les men’s clubs ou Internet comme lieu d’expériences homosexuelles.  

Koessan Gabiam0001.jpgKoéssan Gabiam est géographe. Cet article est basé sur deux présentations précédentes qu' il a donné à la conférence  'European Geographies of Sexualities Conference' in Brussel: 'Public spaces of black gays sociosexual visibility in Brussels' et 'Which residential geographies for black gays in Brussels?'.

 

02-05-13

Mon speech du 1er mai

Dit artikel in het nederlands

Yvan_Moorkensplein0002.jpgMon speech à l'occasion de la fête 'Borgerhoudt van Iedereen (Borgerhout aime tout le monde) La fête est organisée comme reaction sur l'intention du NSA (un groupuscule d'extrême droite) à manifester à Borgerhout, le district à Anvers contrôlée par une coalition PTB-SP.A-GROEN avec beaucoup d'habitants d'origine étrangère. Les résidents ont répondu avec cette fête. La manifestation du NSA a été interdit.  J'ai eu l'occasion d'annoncer La Pride et les World Outgames. Voici la traduction.

Je veux vous inviter à deux autres fêtes.

La première, c'est la fête anuelle des homos, lesbiennes, bis et transgendres dans ce pays. On appelle ça la Pride. Une manifestation de fierté, visibilité et militantisme. La Pride aura lieu le 18 mai. L' année passée on était 70.000.

Cette année le thème est la famille. Il y a 10 ans, le marriage es accessible aux couples du même sexe. Mais il y a encore un long chemin jusqu'aux mêmes droits pour ces couples.

Comme la lutte pour les mêmes droits pour ouvriers et employés, ou la lutte contre le racisme,la lutte contre la discrimination des LGBT est une lutte sociale. Une lutte mondiale qui mérite votre soutien.

Brahim Laytouss, président de la mosquée Al Markaz à Gand a confirmé ça clairement l'année passée pendant la prière du vendredi: "Comme nous sont les victimes du racisme, eux sont victimes d'homophobie. Ces gens ont choisi pour une telle relation et ils ont le droit à cette choix dans une démocratie.  Il est insupportable de réagir avec de la violence. Les jeunes qui pensent qu'ils rendent service à l'islam se trompent."

Yvan_Moorkensplein0003.jpgLa deuxième fête: Les World Outgames (WOGA).

Les LGBT aiment le sport.  Mais on expérience quand même que c'est toujours difficile de sortir du placard des les clubs de sports.

Les World Outgames auront lieu  entre le 31 juillet et le 11 aout à Anvers.

Non seulement les athlètes seront présents. Aussi un groupe de militants LGBT visiteront notre pays pour une conférence sur les droits de l'homme. En effet, il y a beaucoup de pays où les LGBT sont supprimés, même condamnés à mort.

Aujourd'hui, on a prouvé que la fête est une bonne remède contre ce qui divise les gens. J'espère J'espère vous rencontrer le 18 mai à Bruxelles ou pendant les World Outgames à Anvers.

Merci!

Yvan Brys

Cliquez ici pour les photos

18:28 | Permalink | Tags: français |  Facebook |

26-04-13

Mariage pour Tous: Politiek en Homofobie

Mariage pour Tous_Comac_0001.jpgCet article en Français

Het huwelijk is open in Frankrijk. Niet zonder slag of stoot. Alice Vande Voorde van COMAC, de jongerenorganisatie van de PVDA organiseerde mee de solidariteit vanuit België en doet drie belangrijke vaststellingen.

Vijf maanden en zeventien dagen. Zo lang heeft het  verhitte debat over het wetsontwerp geduurd waarmee het huwelijk en de adoptie voor personen van hetzelfde geslacht ('Mariage pour Tous') werd geregeld in Frankrijk. De nationale assemblee stemde de wet op 23 april 2013. De eerste huwelijken kunnen voltrokken worden vanaf deze zomer.

Deze eerste helft van 2013 werden ook stappen gezet rond LHBT-rechten in Uruguay, Nieuw Zeeland en Engeland. Enkel in Frankrijk ging dat gepaard met zoveel haat en polemieken.

Ik wil samen met U drie zaken vaststellen bij dit werkelijk episch gebeuren.

Om te beginnen stellen we een radicalisering vast bij de rechtse en centrumpartijen in Frankrijk.  We zagen dat in de politieke debatten maar ook in de acties die door de oppositie in haar geheel werden gevoerd. Een coalitie die bestond uit  l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP), l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI), het 'Bloc Identitaire', het Front National (FN), de Civitas-beweging en ook de Groupe Union Défense (GUD). Vooral de liberale UMP liet zich opmerken door haar homofobe tussenkomsten in de Nationale Assemblee en in de Senaat. Christine Boudin, voorzitster van de christen-democraten, bevestigde dat ze nieuwe kiezers had gevonden onder de leden van de GUD...

Mariage pour Tous_0001a.jpg

Verder kon je een gebrek aan efficiëntie, inzicht en programmavastheid vaststellen bij de linkse partijen die aan de macht zijn.  Men mag zich terecht afvragen wie er belang bij had dit debat zo lang te rekken. Er bestond immers geen twijfel over dat de volledige (overwegend linkse) regering deze wet wou doorvoeren.  Het getalm en het geschipper tussen steun aan het project en het in vraag stellen ervan was prominent aanwezig.  Was dit de bedoeling, zodat men het gebrek aan resultaten in andere dossiers en het gebrek aan ruggegraat van de regering kon verbergen?

Mariage pour  tous_agression_Paris.jpgTenslotte, en vooral hebben de gebeurtenissen rond 'Le mariage pour tous'  een regelrechte 'bevrijding van de homofobe haatpraat' mogelijk gemaakt. Een pervers effect dat zich manifesteerde in een golf van hatelijke en gewelddadige acties (foto: twee slachtoffers in Parijs) die breed werden uitgesmeerd door de media. Het is triest om vast te stellen dat deze 'coming out' van de homofobie zeer slecht werd verteerd door heel wat mensen, homo's en anderen. Organisaties zoals SOS Homophobie en Le Réfuge die telefonisch hulp bieden aan slachtoffers van homofobie stelden een spectaculaire verhoging van het aantal oproepen vast. Voor heel wat mensen is het zeer zwaar om te verwerken als homoseksualiteit wordt voorgesteld als een gruwel of een ziekte of de bewering dat kinderen van homokoppels vanzelfsprekend verkracht worden door hun ouders. Op Twitter verschenen tweets met hastags als #SiMonFilsestgay, #UnGayMort, #IlFautTuerLesHomosexuels en  #MoiJeSouhaiteLaMortDeTousLesHomosexuelsCar.comac,huwelijk

Discriminatie neemt toe

Beseffen de aanstokers hiervan dat homofobie nog elk jaar doden veroorzaakt? Het is niet slecht eraan te herinneren dat naast verschillende uitingen van homofobe agressie in Franse steden er in de loop van 2012 in België twee dodelijke slachtoffers vielen door homofoob geweld en  er een groepsverkrachting was in Virton.

In tijden van crisis is het voor de politici gemakkelijker het volk te verdelen dan werk te maken van de echte oorzaken: de moeilijke sociale en economische situatie. Zo maakt men communautaire, nationalistische, regionalistische en extreem-rechtse stromingen sterker.  Allerlei vormen van discriminatie nemen toe. De PVDA en haar jongerenorganisatie COMAC verwerpen deze discriminatie en ondersteunen de democratische rechten voor iedereen.

Mariage pour  tous_Comac.jpg

Daarom vinden wij dat het vandaag belangrijk is om ons tenvolle in te zetten tegen homofobie en voor de rechten van LGBTQI. COMAC en de PVDA zullen deelnemen aan de Belgische Pride op zaterdag 18 mei. Laten we niet vergeten dat dit feestelijke evenement oorspronkelijk begon als een manifestatie met een eisenplatform.
Bron: COMAC

Het eisenplatform van de pride is er nog steeds. Je kan het hier raadplegen.
Wil je mee opstappen met de PVDA/COMAC meld je dan hier aan. Je hoeft echt geen lid zijn om dat te doen.

00:29 | Permalink | Tags: comac, huwelijk, pvda, français |  Facebook |

15-01-11

Le jour où l'on aura plus besoin de militants sera magnifique

Simon Vandereecken001.jpg

Dit interview in het nederlands

"Nous voulons un gouvernement! Un dialogue ouvert et honnête entre tous les présidents de partis, tant flamands que francophones. Et ce le plus vite possible!"  Les gens qui disent ceci suscitent mon intérêt.  Entre-temps tout le monde connait l'initiative. Sur Facebook il y a déjà 17.951 personnes inscrites.  Un des initiatrices s'appelle Simon Vandereecken (aka Johnny Jane). Il est homo. Un homo qui s'engage dans un tel mouvement suscite mon intérêt sûrement. Un interview Facebook.

- Explique un peu pourquoi tu trouves ça important de participer à la manifestation

Parce qu'actuellement notre pays est dans une impasse grave. Et je ne parle absolument pas d'un point de vue politique mais d'un point de vue social et financier. L'absence de gouvernement entraine que le pays glisse lentement vers la faillite. Et s'il rentre en faillite: bye bye chômage, CPAS, sécurité sociale,… et nombreux emplois plus que précarisés, Des tonnes de dossiers importants restent non traités, ce qui commence à poser énormément de problème, sur de nombreux sujets:asile, immigration, politique envers les SDF, régie des bâtiments, entretien des voiries, …

- Tu es ouvertement homo. Comment les autres membres du groupe réagissent sur ça?

Nous n'en avons même pas parlé à vrai dire, et ça ne pose de problème à personne. Je pense que les mentalités ont énormément évolué de ce côté là, une personne ne peut être résumée à ce qui se passe dans son lit. Chacun d'entre nous a des orientations différentes, des initiatives différentes, … Nous résumer à notre sexualité n'a plus de sens à l'heure actuelle Lachen

- Moi personellement je trouve que en tant qu'activiste homosexuel je dois non seulement m'occupper de l'émancipation des LGBT mais soutenir la lutte des autres groupes opprimés. Tu es d'accord avec ça?

Simon Vandereecken002.jpgTout à fait, à l'époque actuelle, que des personnes soient encore discriminées pour ce qu'elles sont, ce en quoi elles croient ou quoi que ce soit me parait juste aberrant. Vouloir résumer une personne à un point de sa personnalité et faire fi du reste est juste stupide. Maintenant les mentalités doivent évoluer partout, donc le combat pour l'évolution de ces mentalités reste nécessaire, malheureusement. Le jour où l'on aura plus besoin de militants sera un jour magnifique Lachen

- Tu et de la génération qui profite des droits qui sont arrachés pendant les années précédants. Comment vois-tu l'avenir du mouvement LGBT? Quels sont les projets qu'on doit encore atteindre?

En Belgique, je pense qu'un travail superbe a été effectué, que ce soit le mariage ou l'adoption. Maintenant énormément de combats restent à faire, pour ouvrir les mentalités, pour mieux faire passer l'image des LGBT. Je pense qu'un énorme travail reste à faire pour les transsexuels, mais aussi concernant la procréation assistée et beaucoup d'autres sujets.

- Un avocat  a a porté plainte contre mgr. Léonard à cause de son discours homophobe. Est-ce que il a ton soutien?

Evidemment. De même que toute personne tenant des propos homophobes devrait être condamné. Maintenant, Mgr Léonard est le porte parole de l'Eglise, et sur ce point, je pense que ce n'est pas lui qui devrait être visé, mais l'Eglise, qui pour moi n'a pas à s'exprimer sur des sujets sociétaires (telle que la sexualité privée des gens), mais bien uniquement sur des questions philosophiques :). Ayant lu plusieurs fois la Bible (mais n'étant pas catholique du tout), si l'on se centre sur le message de Jésus, c'est un message de paix, d'amour, et d'acception de tous, quelques soient ses différences.

- Sur Facebook je ne vois que des organisateurs, pas des organisatrices. Pourquoi?Simon Vandereecken003.jpg

Ce n'est absolument pas volontaire. Comme nous nous connaissions absolument pas avant l'organisation de la manifestation, notre union au sein de celle ci s'est faite par la force des choses Lachen

- Est-ce que tu peux faire des speech aussi bien que Barnaby RaineKnipogen

Ce n'est pas à moi d'en juger Lachen Mais je suis totalement d'accord avec l'ensemble de son discours et ne peux que l'appuyer. Son discours montre bien l'image que l'on a de la jeunesse actuelle et à quel point cette image est fausse :)

- Je vois que tu as un fiancé. C'est pour quand le mariage?

On y pense tout doucement, en réfléchissant bien, mais rien n'est planifié encore Lachen

Simon Vandereecken004.jpg

WHEN? The 23rd January from 13h to 17h
WHERE? Boulevard Albert II direction Le Cinquantenaire

speech Barnaby Raine

19:37 | Permalink | Tags: actie, jongeren, français |  Facebook |